24/06/2014

Ma télé et moi: Le Brésil de Neymar est fait pour attaquer

 

Le match de 22h a quelque chose d’épatant quand il y a dehors un orage qui aligne des éclairs et des roulements de tonnerre, comme hier soir. On se sent alors privilégié de n’avoir rien d’autre à faire que regarder Neymar. Les grands attaquants sont les vrais amis du téléspectateur, qui attend avec impatience que le ballon leur parvienne.
 
Hier, quelques accélérations du Brésil, élans collectifs, ruptures à une touche de balle, face à une défense camerounaise transparente, m’ont fait penser au jeu de la France. Les deux équipes attaquent bien mieux qu’elles ne défendent. Il me semble qu’elles sont faites pour l’offensive, que leur vrai terrain d’expression, et donc leur potentiel, est là. On le constate bien à la télévision en revoyant les scènes qui concernent les défenses de ces deux équipes: elles sont assez facilement malmenées, déséquilibrées, quand l’adversaire ose franchement, mais on a l’impression que les attaquants marqueront toujours plus de buts qu’elles n’en encaisseront. Et que si le Brésil et la France vont loin, ce sera grâce à leur efficacité, à leurs moments de football qu’on peut dire «champagne».
 
On n’a encore pas vu dans ce Mondial, c’est du moins mon impression, de milieu créatif exceptionnel, genre Zidane du temps de sa forme. Mais les attaquants parlent: Benzema, Neymar, Robben et d’autres. On se réjouit de les voir en 8es de finale. Je me réjouis aussi d’entendre encore Jean-François Develey qui commente sur la RTS. Fort de son expérience, de son amour du foot, il ne crie pas pour rien, il n’en rajoute pas. Il ne commentait pas le match du Brésil hier mais il mériterait bien, dans les jours à venir, de suivre en direct une envolée de Neymar et Cie. À part ça, j’ai trouvé l’arbitre très bon hier lors de Brésil-Cameroun. Il a bien fait de ne pas sortir Nyom pour sa poussette bête des deux mains sur Neymar. Le match est resté intact, le Brésil a ainsi gagné sans ombre.

Les commentaires sont fermés.